Ce n’est plus le procès des hommes à la « cuisse de ndrangheta », c’est le procès de Giancarlo Pittelli, au contraire ce n’est même plus un procès, c’est une phrase sommaire de condamnation. Cela a été décidé par la RAI avec la diffusion, lundi soir, d’un épisode de Direct TV à la soviétique. C’est peut-être parce qu’un tribunal n’a pas encore été trouvé dont les juges ne sont pas incompatibles pour juger les accusés du Maxitrial de Nicola Gratteri. C’est peut-être parce que personne n’est Einstein et n’est capable de distinguer la position de celle des 416 accusés qui apparaissent tous les jours à partir du 16 janvier dans la maxi-structure de Lamezia où le processus de « Scott Rebirth » est célébré. Ou est-ce pour une raison insondable, de ceux des professionnels anti-mafia qui continuent de rester dans un passé de massacres et de dévastations qui (heureusement) ils n’existent plus, mais sans lesquels de nombreuses personnes risquent de rester au chômage.

C’est peut-être pour toutes ces raisons combinées que la RAI, ce service public que tous les Italiens paient en fête sur leur facture d’électricité, a décidé de couper la tête au taureau et d’annuler le processus. Alors, à quoi ça sert ? La sentence est bientôt prononcée : tous coupables. Malgré ce que la ministre de la Justice, Marta Cartabia , avait solennellement déclaré il y a deux jours au sujet du principe constitutionnel de la présomption d’innocence.

Un film d’horreur.

Lisez aussi

  • Scott Rebirth Trial, deux autres juges récusés : il manque un tribunal pour Gratteri
  • Pittelli rentre chez lui, après 10 mois de prison ferme, toutes les charges de Gratteri sont abandonnées
  • Giancarlo Pittelli défendait un patron, c’est pourquoi ils l’ont lapidé

On trouve toujours un journaliste à cette fin, Riccardo Iacona. Il y a déjà un directeur, Riccardo Iacona, ainsi qu’un chef d’orchestre et un technicien d’éclairage. Toujours lui, Riccardo Iacona. La première image est évocatrice, une émeute de lumières au cobalt et la voix narrative qui vous met immédiatement les mains dans la gorge : Vibo Valentia et sa province s’illuminent en bleu, avec trois mille policiers et hommes du SIG qui assiègent 334 arrêtés et 416 suspectés. Les mafias de ces lieux ont été démantelées avec leurs 160 000 habitants et 50 municipalités. Ce sont les Bad Guys. Accompagné d’une musique assourdissante d’une marche funéraire dans un film d’horreur. Mais heureusement, il y a le Bon. Voici la première image de satisfaction du procureur Gratteri (dans le film, elle apparaîtra six fois au total) lors de la conférence de presse du 19 décembre 2019, après le raid de 334 personnes. On ne dit rien de ce qui s’est passé dans les jours suivants, les décharges, les annulations ordonnées par des juges de différents degrés, sont intervenus avec une précision chirurgicale sur le véritable chalutage effectué par la police dirigée par le procureur en chef. La musique devient plus dramatique tandis que l’œil officiel de la police à bord de l’hélicoptère montre les territoires désormais occupés par les mafia qui « se sont insérés dans tous les quartiers de la ville ». Impressionnante, tout comme l’arrestation en train du patron de ‘Ndrangheta, Luigi Mancuso, après deux ans de harcèlement. La deuxième image de Gratteri lors d’une conférence de presse, ce qui confirme.

Mais il est tout de suite clair que, bien qu’il soit en fait un leader mafieux très important dans ces régions de Calabre, il n’est pas le véritable protagoniste du film tourné par la RAI. Le vrai sujet qui est proche des auteurs du film d’horreur y est jeté : Mancuso connaissait précisément le jour et heure où il a été arrêté, à tel point qu’il a dû jouer devant. Qui lui a donné la nouvelle ? Avant le générique, l’auteur apparaît en vidéo, qui nous alarme de l’existence d’ « hommes infidèles de l’administration publique », y jette le nom de l’avocat Giancarlo Pittelli, nous rassure car des centaines d’hommes ont travaillé à l’enquête. Troisième image de Gratteri lors d’une conférence de presse. Phrase lapidaire : ce n’est pas un casier judiciaire, c’est la démocratie. Fin de l’aperçu.

19 décembre 2019« Scott Rebirth » commence comme « la plus grande opération anti-mafia après celle de Palerme ». Mais après un certain temps, les chiffres devraient provoquer des rougeurs sur les joues de ceux qui ont mené l’opération. Sur les 334 ordres d’arrestation, 203 ont été annulés : 51 par le GIP, 123 par la Liberty Court, 13 par la cassation sans report et 9 avec report. Une défaite. C’était il y a plus d’un an. Mais l’horloge de la RAI s’est arrêtée à ce 19 décembre, en fait elle ne parle que des 334 qui se sont retrouvés en prison, en omettant le fait que les deux tiers d’entre eux ont été rapidement retirés. Il est mentionné que le procureur de Catanzaro autorise une campagne éclair tous les deux mois. Aucune mention des nombreux flops qui sont venus des premiers procès de ces opérations, jusqu’à « Nemea », avec huit acquittés sur 15 et une condamnation qui, en fait, anticipe déjà un jugement de condamnation contre certains personnages du dégel de Mancuso. La raison pour laquelle, s’il y a des juges attentifs et rigoureux à la cour d’appel de Catanzaro, le débat « Scott Rebirth » devrait être interrompu pour changer deux des trois juges de la cour, car, comme ils l’admettent eux-mêmes, incompatibles par le jugement préalable : ce sont les mêmes magistrats de » Némée » .

Le tout la reconstruction conduit à pointer la caméra sur un Nicola Gratteri en chandail dans son bureau (quatrième sortie), qui ne parle pas tant de la mafia ni des meurtres ou des loups blancs. Pourtant, au fil des ans, la Calabre, comme la Sicile, n’a rien manqué. Il rapporte à l’intervieweur et auteur à quel point il a été doué pour dégager les bureaux du procureur des personnes curieuses et suspectes, y compris même une personne qui n’était pas calabraise ni même mariée. Je me demande ce qu’il faisait dans ces couloirs. Ce n’est pas un moment de paix, mais de guerre, affirme le procureur. L’esprit se tourne immédiatement vers le procès du bunker room, ce que fait le Dr Gratteri ces jours-ci dans le rôle de l’accusation. Le processus que la RAI considère comme inutile devient désormais un champ de « guerre ». De plus, les images du bureau du procureur alternent avec celles du même journaliste dans un autre bureau rempli de librairies et de boiseries avec des dizaines de boîtes : il s’agit des procureurs, des feuilles et des papiers confectionnés au ministère public. Pas même l’effort de consulter l’ordonnance GIP. L’histoire de la ‘Ndrangheta ou la réponse à la question obsessionnelle : comment les Mancuso sont-ils devenus les rois de la région ? Est-ce qu’ils ont tout fait eux-mêmes ?

Avocat Giancarlo PittelliSardaigne, refus des juges d’entendre sa version des faits, trop long pour les robes du voyage depuis Catanzaro. Il est accusé de tout et de rien : d’abord d’association mafieuse, puis de la concurrence extérieure, mais surtout la divulgation d’actes officiels. Ce qui peut sembler peu, mais ce ne serait pas le cas, s’il avait vraiment fourni à son assistant Luigi Mancuso Giancarlo Pittelli devrait être, dans son intention, le gros poisson du chalutage. Son arrestation n’est toutefois pas accidentelle, l’avocat était dans sa mire depuis au moins trois ans. Le traitement auquel il est soumis est immédiatement particulier, stressant, humiliant : heures d’attente, déménagement en un rapport complet du repenti qui l’accuse. Pittelli nie que cela se soit produit et il n’y a aucune preuve. Il y a plutôt le suspect pervicieux qui tourne autour de n’importe quel avocat qui défend des accusés pour des crimes mafieux. Non seulement vous identifiez la personne responsable du crime, mais vous étendez également les soupçons à l’avocat.

Pour donner une idée du traitement que subit, même sur le plan journalistique, l’ancien parlementaire, lorsqu’une feuille de notes est saisie sur sa table, même dans la transmission de la RAI le manuscrit est appelé « pizzino », même Pittelli n’était pas Totò Riina. Il y a un jeu sur le fait qu’au Parlement, l’avocat, comme tous ses collègues, mais aussi les magistrats le font, a travaillé au sein du comité justice (les juristes s’adressent rarement aux politiques agricoles ou sociales) et à poser des questions au ministre sur le droit pénal. Les images de la classe de Montecitorio sont montrées, comme s’il s’agissait du prolongement d’une situation ambiguë, et les alterne avec les images prises dans la rue, tout en étant légale et assistée à entrer dans le cabinet d’avocats.

Il va jusqu’à dire qu’il n’a pas été possible de capturer l’entretien entre les deux (ce qui serait également interdit, ou en tout cas pas de procédure utilisable), mais que vous pouvez quand même l’imaginer. Vous avez donc le droit de citer le fruit de l’imagination de certains carabiniers. Après la cinquième apparition du procureur Gratteri, la parole est finalement donnée quelques minutes aux deux avocats de la défense de Giancarlo Pittelli, Salvatore Staiano et Disputable Drive. Qui essaie d’expliquer que le crime n’est pas Il y en a, et ils essaient en vain de comprendre ce que l’accusation (et aussi Iacona et même RAI) signifie par la « mise à disposition » de Pittelli vers les cuisses de Mancuso . Avez-vous recommandé à votre fille d’aller à l’université, vous souciez-vous de savoir pourquoi un enfant malade a été opéré ? Et où est la preuve du rapport volé du repentant ?

La RAI a peut-être raison, il est inutile de faire le procès, si ce sont là les « preuves ». Ou peut-être que les menottes et tout ce qui les a suivis étaient inutiles ? Pendant ce temps, l’inconscient Riccardo Iacona, après nous avoir envoyé la sixième sortie de Gratteri, souhaite au procureur un « bon travail » et lui envoie « une forte accolade ». Tout le monde a ses amis préférés.

Tag : Plus d’info sur le CBD